Stress chez l’étudiant infirmier: comment se calmer ?

Les chiffres le prouvent, l’école d’infirmiers est le plus stressant des programmes universitaires. La quantité d’informations à assimiler en un peu de temps conjuguée à vos propres obligations et la partie pratique, en sont les principales raisons.

De la fatigue mentale, physique et émotionnelle. Heureusement qu’il existe des moyens de soulager le stress. Dans cet article, nous vous donnerons quelques conseils pour calmer le stress chez l’étudiant infirmier.

Stress chez l’étudiant infirmier: comment se calmer ?

Calmer le stress chez l’étudiant infirmier : la partie psychologique

Faire face au stress est incontournable, toutefois il y a des techniques pour le vaincre et à défaut le calmer.

  • La première est d’être moins perfectionniste pendant les stages pratiques, n’oubliez pas que vous êtes toujours en apprentissage. Personnellement vous devez avoir conscience que vous ferez des erreurs ou aurez des oublis.
    Le milieu professionnel peut être stressant avec les responsabilités qui vous sont confiées, vous vous adapterez progressivement, alors pardonnez-vous vos imperfections.
  • La seconde est de rester motivé. Si vous avez choisi cette voie, c’est pour des raisons valables. La famille, la vocation, l’influence, rappelez-vous de ces éléments dans les moments difficiles qui sont incontournables pendant une formation d’infirmiers.
    Vous le saviez au moment de vous engager que cela serait difficile, mais vous devez faire preuve d’acharnement pour garder la motivation. Participer à des groupes de travail ayant une bonne énergie peut aussi être utile.

Pour vous aider à avoir cet état psychologique, vous devez adopter une certaine organisation.

Une bonne organisation pour diminuer le stress d’un l’étudiant en médecine

En dehors de la dimension psychologique, calmer le stress, exige une organisation quotidienne méthodique.

  • La première chose à faire est de prendre soin de soi. Cela implique de dormir assez, bien marger et faire de l’exercice. Il ne sert pas à grand-chose de sécher des cours, car à un moment ou à un autre il faudra fournir plus d’efforts pour rattraper ces cours.
    Vous devez fréquenter vos amis et votre famille et au besoin rendre visite à votre médecin. En plus, vous pouvez discuter de vos cours tout en faisant de l’exercice, cela réduit l’anxiété. Prenez également quelques instants pour méditer.
  • La seconde chose est de s’organiser. Organiser votre vie et votre travail est indispensable. Vous devez établir un calendrier et vous y tenir, pour bien répartir votre temps de travail, votre temps de sommeil et votre temps de loisirs.
    Déterminez ce que vous voulez réaliser de manière réaliste.
    Avec de l’organisation, vous serez assez fonctionnel pour réaliser une multitude de choses. De même, pouvoir faire des synthèses permet d’éviter de prendre du retard dans ses cours et tâches.
  • La troisième est de rester connecté à vos proches. Vous devez vous donner du temps pour les autres, en évitant de vous isoler. Ce soutien émotionnel a de fortes chances de vous aider à éloigner le stress.
    Cet investissement de temps est rentabilisé avec l’augmentation de la productivité. Vous revenez avec le plein d’énergie et un stress réduit. Insistez sur les activités qui vous mettent de bonne humeur.

Le stress est normal, mais dans une certaine proportion, il peut conduire au burn-out. Tant que vous arrivez à calmer le stress, vous pourrez éviter une perte d’énergie et de motivation permanente. Apprendre à gérer le stress pendant la formation, vous permettra d’en faire de même une fois dans le milieu professionnel.


Articles connexes :

Quelle formation en gestion du stress en milieu hospitalier ?

Travail émotionnel et soins infirmiers : comment concilier les deux ?