Essoufflement : un symptôme qui persiste pour ceux ayant eu le covid-19 ?

Une personne atteinte du Covid-19 présente plusieurs symptômes.

Parmi ces derniers, on a l’essoufflement.

S’il est vrai qu’on peut soigner cette maladie, on se demande si ce signe (essoufflement) persiste après la guérison ?

Essoufflement un symptôme qui persiste pour ceux ayant eu le covid-19

On en parle !

Covid-19 et essoufflement : que faut-il savoir ?

Depuis son apparition, le covid-19 a fait de nombreuses victimes, qui pour la grande majorité, s’en sont tirées.

Mais alors qu’on avait cru que ces personnes guéries n’avaient plus rien à craindre, de nombreux spécialistes ont tiré la sonnette d’alarme quant à la résurgence de certains symptômes.

Il s’agit notamment de l’essoufflement qui persisterait chez les malades qui pourtant ont été déclarés guéris.

Le docteur Vasseur, un médecin hospitalier, qui lui-même a été victime de la maladie (plus d’infos sur laprovence.com) a d’ailleurs témoigné en ce sens.

Le sexagénaire, qui bénéficie d’une excellente forme physique et ne présente aucune des comorbidités fréquentes (obésité, diabète…), a continué à ressentir les signes de l’essoufflement trois semaines après sa sortie de l’hôpital.

Il a déclaré avoir eu du mal à parler sans être essoufflé ou même respirer profondément sans ressentir une certaine gêne alors même que plus aucun signe de la maladie n’était présent dans son organisme.

On pourrait croire qu’il s’agit de signes qui ne sont présents que chez les personnes âgées qui par nature, ont une santé assez fragile, ce qui n’est pas le cas.

Benjamin Davido, infectiologue à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches a estimé que 5 à 10 % des personnes qui ont été malades, sans aucune distinction d’âge, présenteraient les mêmes symptômes.

Il convient donc de dire qu’être déclaré guéri du covid-19 n’exclut pas tout suivi médical.

Covid-19 : les séquelles que laisse la maladie

Il est important de noter que le covid-19 peut laisser des séquelles après la guérison effective des patients.

Ces conséquences varient d’un cas à un autre et ne sont pas systématiques chez toutes les victimes de la maladie.

Celles qui ont présenté de faibles symptômes par exemple, s’en tirent sans trop de mal.

Pour les autres en revanche, les conséquences peuvent s’avérer permanentes selon certains spécialistes.

Parmi les organes qui sont les plus touchés, on peut citer les poumons.

Chez les cas très graves, on a en effet constaté que le tissu pulmonaire a été endommagé, et ce, de façon irréversible.

De ce fait, même lorsque le patient est déclaré guéri, ces capacités respiratoires sont rudement mises à mal.

Covid-19 : autres signes de la résurgence de la maladie

En dehors de l’essoufflement que signalent patients et spécialistes, plusieurs autres signes peuvent refaire leur apparition après que les malades aient été déclarés guéris.

Il s’agit notamment d’une fatigue intense, de la tachycardie et de la conjonctivite.

Plusieurs patients ont également affirmé que des courbatures et l’impression d’étouffer sont des signes qui ont fait leur réapparition plusieurs semaines après leur contamination.

Certaines personnes voient par ailleurs, les symptômes de la maladie persister, jusqu’à trois mois après qu’elles ont été déclarées guéries.

Pour expliquer cet état de choses, certaines hypothèses ont été lancées.

L’une des plus plausibles serait un “dérèglement du système immunitaire”.

Un dérèglement qui ne serait apparemment observé que chez les personnes qui n’ont pas développé une forme grave de la maladie.

Il est probable que ces personnes aient été de nouveau en contact avec le virus après le déconfinement.

La réponse immunitaire de leur organisme se serait alors déclenchée suite aux symptômes qu’elles auraient sûrement développés de nouveau. Il n’y a donc pas lieu, d’après certains spécialistes, de s’inquiéter plus que cela.

Pour autant, on recommande de consulter un médecin lorsque les désagréments sont beaucoup trop importants ou en cas de doute.

Le coronavirus est une maladie qui laisse encore le domaine médical perplexe.

Il pourrait donc être fatal de prendre à la légère certains signes.


Articles connexes :

Travail émotionnel et soins infirmiers : comment concilier les deux ?

Burnout du personnel soignant : le milieu hospitalier en crise !