Travail émotionnel et soins infirmiers : comment concilier les deux ?

Le domaine de la santé est un domaine très sensible qui requiert beaucoup de sérénité, de calme et de tolérance. Travailler tout en cherchant à contrôler ses émotions dans ce domaine est vraiment difficile et nécessite de l’expérience et du savoir-faire.

Travail émotionnel et soins infirmiers: comment concilier les deux ?

Quel est le rôle de l’infirmier, qu’est-ce que l’émotion et comment concilier le travail de l’infirmier avec ses émotions sont les questions auxquelles le présent article se propose de donner des éléments de réponses.

Le rôle de l’infirmier : les soins

L’infirmier a pour rôle principal de promouvoir la santé et le bien-être des personnes de son entourage ainsi que celles des personnes qu’il rencontre sur son lieu de travail.

Que ce soit dans les hôpitaux, dans les entreprises ou dans les familles, l’infirmier doit chercher à limiter autant que possible le risque de maladie ou user de ses compétences pour guérir ou soigner une personne déjà malade.

Le travail émotionnel

L’émotion peut être définie ici comme étant un état d’esprit provoqué par un ou plusieurs éléments de notre environnement. Cet état d’esprit peut être positif ou négatif c’est-à-dire qu’on peut avoir des émotions qui nous placeront dans une position agréable.

Tout comme on peut tout aussi avoir d’autres qui nous mettront hors de nous-mêmes. Ces sensations peuvent s’exprimer physiquement ou mentalement. L’émotion dans le domaine de la santé est pour la plupart du temps négative, car elle est liée à un mauvais état de santé.

Comment un infirmier peut-il concilier ses émotions et son travail ?

Maîtriser ses émotions dans le domaine de la santé est d’une grande importance. L’infirmier ayant pour rôle de s’assurer du bien-être de ses patients doit pouvoir mettre ses émotions de côté pour réussir la tâche pour laquelle il a été formé.

Il n’est pas sans savoir que plusieurs patients sous l’effet de la souffrance n’ont pas toujours de bons comportements vis-à-vis des infirmiers. C’est à l’infirmier qu’il incombe de canaliser sa réaction et de faire ce qui doit être fait.

Prenons l’exemple d’un infirmier en pédiatrie devant un bébé qui ne veut pas manger son repas. Le bébé a mal et n’a sûrement pas l’appétit. C’est à l’infirmier d’essayer de le cajoler pour l’amener à consommer son repas. De ce fait, l’infirmier doit savoir garder son sang-froid pour effectuer son travail dans les meilleures conditions.

En s’énervant, l’infirmier gaspille son énergie pour autre chose et sera vite épuisé. Au lieu de perdre cette énergie à vouloir répondre aux provocations du patient, il peut convertir cette énergie à faire son travail.

Cela donne l’impression d’être facile à réaliser, mais il faut un grand niveau de tolérance de sérénité et de calme pour réussir cette tâche. Pour le faire, il vaut mieux ignorer le patient en face de qui l’on est, et se concentrer uniquement sur son travail.

L’amour de son travail et du travail bien fait est aussi une manière de pouvoir gérer ses émotions en face d’un patient irrespectueux. Cet amour va justement vous donner la force et la volonté afin de passer outre les écarts de conduite de la part de votre patient.

De façon générale, il faut savoir que le métier de l’infirmier est un métier noble et qu’il est à respecter. Ce n’est pas facile d’accepter les propos déplacés d’autres personnes, il faut vraiment avoir un bon cœur et avoir beaucoup de patience pour le faire. Si vous n’y arrivez pas, vous passerez facilement et rapidement à côté de votre devoir.