Le mal-être grandissant du personnel médical: que faire ?

Pour promouvoir et maintenir une bonne santé mentale, parmi les médecins et les étudiants en médecine, des politiques sont mises en place en améliorant le soutien disponible en matière de santé mentale. Car de plus en plus le personnel est sujet à la dépression, l’anxiété et au stress.

Plusieurs facteurs expliquent cette situation, de l’environnement à l’organisation interne. Ainsi, pour prendre en charge, quelle action posée face au malêtre grandissant du personnel médical ?

Le mal-être grandissant du personnel médical: que faire ?

Le mal-être grandissant du personnel médical : que faire ?

Plusieurs études mettent en évidence une dégradation de la santé mentale du personnel médical. Face à cette situation, le personnel médical a besoin du soutien de sa famille, de ses collègues et d’un bon environnement de travail. Aussi, il faut tôt, solliciter de l’aide en cas de mal-être et ne pas se soucier de la stigmatisation, de la culpabilisation ou de la fierté.

Parfois, la méthode qu’utilisent les membres du personnel médical est de demander plus de flexibilité afin de gérer eux-mêmes leur situation, ou ils prennent des périodes de repos prolongées. D’autres solutions qui sont proposées sont les thérapies par la parole, les psychothérapies, etc.

Les visites de santé au travail sont un peu mal vues à cause de la communication tout autour. Des conférences sur le bien-être, des ateliers sur la réduction du stress se révèlent également efficaces.

Des solutions générales contre ce trouble

Pour connaître l’origine du mal-être grandissant chez le personnel médical, il faut identifier les facteurs de risques que sont :

  • les facteurs systémiques comme les procédures, le manque de flexibilité et le manque d’équilibre, etc.
  • les facteurs endémiques comme l’évolution de l’industrie pharmacologique, l’apprentissage de la pratique de la médecine, etc.
  • les facteurs interpersonnels comme les relations entre médecins, au niveau de la hiérarchie, le perfectionnisme, etc.
  • les facteurs environnementaux comme le manque d’équipements, le manque de rotations, etc.
  • les facteurs socioculturels comme les attentes croissantes et le manque de considération du public, etc.

Ainsi ces facteurs conduisent à un mal-être grandissant chez le personnel de santé. Les différentes solutions à y apporter sont :

  • l’augmentation des délais de rendez-vous, l’augmentation des effectifs et la réduction des charges administratives aideraient le personnel médical à mieux gérer l’équilibre entre leur vie privée et leur vie professionnelle ;
  • le soutien des pairs de manière formelle et informelle est efficace pour faire face aux défis endémiques, dans le cadre des groupes de discussion ;
  • la promotion de la camaraderie entre personnel médical pour réduire la stigmatisation, à travers des parrainages et des jumelages ;
  • la création d’espaces de socialisation contribuerait à promouvoir le bonheur dans les lieux de travail ;
  • une meilleure communication à l’endroit du public servirait à les informer sur les ressources disponibles pour répondre aux besoins.

Les changements systémiques permettront au personnel médical de consacrer plus de temps à trouver un équilibre afin de mieux s’occuper des patients. Une charte de bienêtre induirait l’engagement de tout le personnel pour une quête du développement de la qualité de l’environnement.

La sensibilisation et la communication tout autour de ce fléau sont nécessaires. Le personnel médical en formation est un socle à utiliser pour répondre à l’avenir aux besoins en bien-être des professionnels de la santé.